Le cancer

Le cancer est principalement causé par l’incapacité du corps à se débarrasser des cellules mortes. Le corps réunit ces cellules en un endroit particulier, que l’on appelle “tumeur”, dans l’intention de dissoudre ces cellules.

Que ce soit avant ou après avoir formé une tumeur, le corps a besoin de dissoudre et de neutraliser les tissus morts, toxiques et dégénérés, puis il doit évacuer les déchets. Le corps a deux méthodes pour dissoudre ces tissus, il peut utiliser les bactéries et les champignons ou il peut synthétiser des virus. Les bactéries et champignons sont efficaces et génèrent un volume de déchets inférieur au volume original des tissus à dissoudre. À cause de leur nature, il en va tout autrement pour les virus qui génèrent un volume de déchets considérable qui se rependent dans le corps et sont plus difficiles à évacuer.

Parce que les virus ne sont pas des organismes vivant, le corps fait appel aux virus lorsque lorsque les tissus morts sont trop toxiques pour les bactéries et les champignons.

Lorsque le corps est contaminé par la pollution et trop carencés en nutriments, les bactéries, parasites, champignons et même les virus n’arrivent plus à dissoudre les cellules et tissus morts ou dégénérés. Le corps doit alors contenir ces tissus pour pouvoir s’en occuper en des temps meilleurs. Au delà d’un certain niveau d’encombrement, le corps n’a plus d’autre choix que de créer des tumeurs. C’est une façon pour lui d’isoler ces tissus afin qu’ils n’interfèrent pas avec les fonctions normales du corps.

Une tumeur peut être bénigne ou maligne. Lorsqu’il s’agit d’une tumeur maligne, le corps rajoute des jeunes cellules mutantes dans des proportions importantes au sein de la tumeur. Ces jeunes cellules sont prévues et construites pour contenir des quantités importantes de solvants. Ces cellules sont appelés par la médecine “cellules cancéreuses”. Dans le cas de tumeurs bénignes, le corps ne rajoute pas ces cellules au sein de la tumeur.

La différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne est dramatique. Les tumeurs malignes dissolvent les tissus dégénérées très efficacement et très rapidement, entre quelques jours et quelques années selon le nombre et la taille des tumeurs. Sans l’aide de ces “cellules cancéreuses”, le corps doit synthétiser des solvants et attaquer les tumeurs de l’extérieur, ce processus est beaucoup plus lent, jusqu’à 40 ans, parfois il n’en voit jamais le bout.

Les tumeurs malignes sont très largement préférables aux tumeurs bénignes. Tant que le corps reçoit assez de nutriments pour se débarrasser des déchets générés par la tumeur maligne. Si notre corps ne reçoit pas assez de nutriments, l’acidité de ces déchets va endommager les tissus voisins de la tumeur.

Selon les études menées par le Docteur Harbin B. Jones, professeur émérite de l’Université de Californie, Berkeley, le cancer est comme un rhume ou une grippe et dans la majorité des cas (76%), il va simplement guérir de lui même sans même qu’aucune amélioration du mode de vie ou de l’alimentation ne soient nécessaires. Cette conclusion fût rendu en 1972, notre alimentation et notre environnement aujourd’hui bien plus délétères rendent nécessaire que nous améliorons notre alimentation pour guérir du cancer. Le Docteur Harbin B. Jones précisa également devant le congrès des États Unis que bien qu’un traitement à la chimio puisse temporairement arrêter la progression du cancer, les traitement médicaux sont dangereux à long terme.

Traduit du livre “We want to live” de Aajonous Vonderplanitz

Ce contenu a été publié dans Les maladies non infectieuses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.